Définition des huiles essentielles

Dans cet article, je vais vous présenter les définitions; utilisations et principes actifs des principales huiles essentielles. Les substances odoriférantes issues des plantes aromatiques. Elles sont utilisées pour les soins naturels, mais également pour les cosmétiques (ou encore la magie occulte… Un autre domaine, non traité sur ce site web…).


Qu’est ce qu’une huile essentielle?

 

Les huiles essentielles, issues des plantes aromatiques, elles sont en quelque sorte la « quintessence » de la plante, son « concentré » absolu. Les huiles essentielles (HE) renferment les composés aromatiques volatils d’un végétal. En clair, c’est le « concentré » de la plante. Chez les agrumes (orange, citron…), on appelle cela « l’essence ». Cette essence naturelle a reçu l’appellation d’huile essentielle reflétant son aspect plus ou moins liquide et huileux.

 C’est un liquide très odorant et plus ou moins visqueux ou épais. Malgré son appellation d’huile, l’huile essentielle n’a rien à voir avec les corps gras (huile végétal, beurre…). Sa couleur varie en fonction de l’espèce, le jaune en est la couleur la plus courante. Il faut savoir que les huiles essentielles ne sont pas seulement des parfums. Elles sont indispensables à la vie de la plante et jouent, en quelque sorte, un rôle de « médicament naturel ». Grâce à leurs huiles essentielles, les végétaux sont capables de résister seuls aux différentes agressions auxquelles ils sont soumis : maladie, insectes, soleil…

C’est donc un « extrait liquide », volatil et très aromatisé, obtenu de façon naturelle à partir d’une plante dite « aromatique », c’est-à-dire qui dégage une odeur, et qui en concentre les « principes actifs thérapeutiques ».

Les huiles essentielles sont des « extraits liquides, volatils et très aromatisés, obtenues de façon naturelle à partir d’une plante dite « aromatique », c’est-à-dire qui dégage une odeur, et qui en concentre les « principes actifs thérapeutiques ».

Parmi les 400 000 espèces ou 800 000, si on compte les sous espèces, les botanistes ont recensé environ 10 % de plantes aromatiques qui se retrouvent surtout dans les régions ensoleillées. Ces plantes, dotées d’un degré de sophistication important, se différencient des autres par la présence dans leurs tissus d’un certain nombre de composants très spécifiques par leurs caractères physiques (volatilité, odeur…) : les essences naturelles ou gommes.
Cette essence naturelle a reçu l’appellation d’Huile Essentielle reflétant son aspect plus ou moins liquide et huileux.

Définition de l’aromathérapie

Dans le langage courant, se soigner par les huiles essentielles se dit « aromathérapie ». Il faut savoir que l’aromathérapie existe depuis des millénaires. Au fil des siècles, l’aromathérapie est devenue une science à part entière. L’Aromathérapie est une science relativement récente (créée en 1928 par un pharmacien français RM Gatefossé). Elle a ensuite été largement popularisé par le Docteur Valnet, spécialiste en aromathérapie. Elle puise ses sources dans toutes les pharmacopées relatives aux soins naturelles par les plantes, et ce, depuis l’Antiquité, partout sur Terre. Cette science va regrouper toutes ces cultures et traditions, ce qui en fait sa complexité.

Ces substances, hautement concentrées en « principes actifs », se révèlent, il est vrai, très utiles pour soigner tous les petits maux quotidiens, que ce soit :

Au niveau paramédical :

  • Les infections diverses, comme les abcès, furoncles
  • La mauvaise circulation sanguine/lymphatique
  • La mauvaise digestion et élimination des toxines
  • Les douleurs articulaires et musculaires
  • Les migraines et autres maux de tête
  • Dysfonctionnement du système nerveux.
  • Etc.
  • Également pour les soins de beauté:
  • Cheveux secs, gras ou sensibilisés
  • Peaux sèches, grasses ou sensibles
  • Comme huiles amincissantes
  • Pour retirer les tâches corporelles, etc.

Elles montrent leur remarquable efficacité dans à peu près tous les domaines de la médecine, tant en curatif, qu’en préventif.


Aromathérapie

 

Traitement des maladies par les arômes végétaux, c’est-à-dire les essences aromatiques appelées huiles essentielles (H.E.) dans le langage médical, l’aromathérapie est une branche de la phytothérapie (du grec yuzov, plante) et, comme telle, l’une des thérapeutiques les plus anciennes du monde avec l’argile, l’eau et les procédés manuels (massages et reboutement, magnétisme curatif).
En 1926, l’ingénieur chimiste R. M. Gatefossé publie Les Antiseptiques essentiels puis, en 1928, un livre intitulé Aromathérapie (éd. Girardot), attirant l’attention sur les pouvoirs insoupçonnés des essences aromatiques.
Mais les médecins ne possédaient toujours pas l’outil convenable leur permettant de prescrire à bon escient les huiles essentielles, seules ou dans le cadre de formules magistrales destinées à un patient et — eu égard à l’extrême diversité des êtres humains — non obligatoirement à son voisin. Aussi, dès 1945, le docteur Jean Valnet s’attacha à codifier de façon claire, en fonction de sa propre expérience, les propriétés des plantes médicinales comme des huiles essentielles, leurs indications et leurs posologies, par voie interne ou externe, des points de vue curatif ou préventif. Cette lourde tâche put finalement être concrétisée vingt ans plus tard dans l’ouvrage Aromathérapie publié par cet auteur en 1964 chez Maloine.

Différents procédés d’extraction

On obtient les huiles essentielles de diverses manières : par simple expression du végétal (girofle) ; par incision (laurier de la Guyane) ; par séparation d’un autre produit par un solvant ou la chaleur (térébenthine) ; par enfleurage (jasmin) ; mais surtout (la grande majorité) par distillation à la vapeur. Le rendement, généralement très bas (il faut parfois plus de 200 kg de plantes pour obtenir 1 kg d’H.E.), à titre d’exemple, il faut distiller 4 tonnes de pétales de roses frais de Damas pour obtenir environ 1 kg d’HE de rose et « seulement » 100 kg de lavande fraiche pour obtenir 1kg d’huile essentiel de Lavande. C’est ce qui explique que 5 ml de d’HE de rose vaut entre 60 et 90 euros (selon les parapharmacies) et la lavande entre 5 et 7 euros les 5 ml. Notez cependant que ces pots sont ultra concentrés et se conservent plusieurs mois. Il ne faut aussi pas dépasser 10 gouttes pour 50 ml d’huile végétale (car les huiles essentielles ne s’appliquent pas pures sur la peau (hormis la lavande), il faut donc les diffuser dans de l’huile végétale (huile d’amande douce, rosier de muscat, huile de tournesol, de germe de blé…), ou dans l’alcool, en revanche, elles ne sont pas solubles dans l’eau.